Site Loader

Entendez-vous souvent parler de gros œuvres en matière de construction ? Vous avez quelques vagues idées sur le sujet ? Si vous répondez par l’affirmatif à ces questions, les prochaines lignes vous apportent davantage d’éclairage sur cette étape cruciale d’un chantier.

Les gros œuvres commencent par la fondation

Chaque chantier est différent. Les étapes des gros œuvres peuvent ainsi changer d’un bâtiment à l’autre. Dans la plupart des cas, les techniciens mènent une étude du sol pour déterminer le type de fondation à mettre en place. Il faut généralement faire des fouilles approfondies pour connaître les roches en dessous de la structure. Puis, les travaux continuent avec le terrassement. C’est le nivellement de la surface. Cette étape nécessite parfois des gros engins pour obtenir une stabilité optimale. Les fondations proprement dites peuvent alors être en place. Une maison sans étage demande une couche superficielle avec un simple hérisson. Avec un bâtiment plus grand, il faut couler une dalle en béton armé minimum de 3 mètres d’épaisseur. Il faudra au moins le double de profondeur avec des pieux pour les immeubles sur plusieurs niveaux. Le temps de séchage peut être relativement long.

L’assainissement ainsi que le soubassement du bâtiment

Bien que négligé, l’assainissement compte énormément dans la construction d’une maison. Cette partie des gros œuvres permet de raccorder le logement à l’évacuation des eaux usées. Elle aide aussi à gérer l’écoulement pluvial. Le tout-à-l’égout et la fosse septique sont à réaliser avant de poursuivre le chantier. Dans certaines situations, il faut un puisard ou carrément une microstation. Ces différentes structures doivent suivre des normes strictes. C’est la raison pour laquelle il vaut mieux les confier à un professionnel tel que djc-construct.com. Le soubassement constitue une autre phase importante. Parfois, il faut un hérisson, c’est-à-dire un revêtement qui sépare le reste de la maison du terrain. Cette démarche sert à empêcher l’humidité de remonter. Il est aussi possible de réaliser un vide sanitaire. L’usage du béton hydrofuge demeure commun. Dans certaines situations, un sous-sol aménagé peut être construit. Le plancher se met directement au-dessus du soubassement.

L’élévation des murs ainsi que la toiture de la maison

La troisième étape des gros œuvres consiste à élever les murs. Une large variété de matériaux sont disponibles. Les chantiers utilisent des briques d’argile, du parpaing ou bien du béton cellulaire. Le bois ainsi que des solutions écologiques issues du recyclage pourront aussi être envisagés. Dans certains cas, il faut une ossature en ferrailles ou des madriers. La charpente constitue une avant-dernière phase. Souvent en matériaux naturels, cette partie sert de support pour la toiture. Elle doit être robuste et précise. La méthode varie d’un modèle architectural à l’autre. Les couvreurs utilisent des fermettes triangulaires, des pannes horizontales ainsi que des chevrons. La pose des tuiles ou des plaques d’ardoise annonce la fin des gros œuvres. Cela dit, les toits plats ou en tôle pourront aussi être réalisés. L’ultime étape s’appelle la mise hors d’air. Elle revient à installer les portes et fenêtres puis à implémenter l’ensemble de l’isolation.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *