Site Loader
gros oeuvre

Dans le secteur de la construction de maison, les fondations font intégralement partie du gros œuvre. Établies pour supporter la future maison, elles doivent s’adapter parfaitement au type de terrain sélectionné. Un travail dans les règles de l’art est requis pour assurer la solidité et la durabilité du logis. 7 points sont à considérer pour que cette étape soit bien faite.

1.      Trouver un terrain et évaluer les risques

L’état du terrain conditionne fortement la qualité des fondations. Ces dernières nécessitent un sol stable. Vous pouvez vous renseigner auprès des voisins pour savoir si le terrain sélectionné présente des risques géologiques. La présence d’arbres inclinés peut aussi être un signe d’instabilité. Un sol argileux est peu favorable à la mise en place d’une fondation. En effet, la particularité de ce sol réside dans sa grande capacité à absorber l’eau. Le terrain aura tendance à gonfler et à se rétracter suivant que la période soit pluvieuse ou sèche. Ce qui peut provoquer des fissures sur les murs qui s’avèrent être dangereuses. Il faut également faire attention aux cavités naturelles dans les zones sismiques. Par ailleurs, les travaux peuvent être plus coûteux sur un terrain en pente.

2.      Les techniques pour détecter les risques

Une étude géotechnique ou G1 doit permettre d’obtenir une première évaluation, elle s’effectue en 2 étapes. Elle consiste en une étude du site et la mise en place des principes généraux de construction. La première étape concerne la réunification de toutes les documentations concernant le site. Une visite est également réalisée sur le terrain afin de vérifier l’authenticité des informations. La deuxième étape ou G2 se traduit par une étude synthétique ainsi que la formulation d’hypothèses géotechniques afin d’identifier les éventuels risques.

3.      Réaliser une étude du sol

Par la suite, il faut faire appel à un géotechnicien et procéder à une étude du sol. Cette mesure permet de connaître la nature exacte du terrain. Le spécialiste réalise alors des carottages sur la zone de construction. Le résultat de cette étude devra être envoyé à l’agence sélectionnée pour la construction. Une étude béton sera alors réalisée pour déterminer la structure porteuse et les matériaux nécessaires qui serviront à la conception du prochain logis.

4.      Les différents types de fondations possibles

Les fondations diffèrent suivant la qualité de la portance. Parfois, il faut aller chercher le sol stable jusqu’à 10 mètres de profondeur. 4 grands types de fondation sont possibles. Une fondation superficielle s’adapte sur un terrain de bonne qualité. Elle est réalisée sous les murs porteurs, une profondeur de 1 mètre peut suffire. Une fondation superficielle est prévue lorsque la qualité du sol est insuffisante pour que les travaux se reposent uniquement sous les murs porteurs. Les tâches doivent s’effectuer sur la surface totale de la dalle.

5.      Fondation semi-profonde et profonde

Une fondation semi-profonde s’opère quand une descente de 2 à 5 mètres est à faire pour trouver un sol stable et garantir une parfaite stabilité. Une fondation profonde quant à elle est à prévoir si la profondeur est de plus de 9 mètres.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *